Spectacle créé en avril 2010 avec l'aide du Ministère de la Culture, de l'ACSE et de la Ville de Lyon. Une coproduction MDP de Pierre-Bénite

double

 

 

 

 

 

 

 

Mise en scène Claude Défard, Avec Anouk Mialaret, Jean-Marie Belmont, Raymonde Palcy, Marie-Angèle Moreno.Texte : Claude Défard  d’après Madame de Duras ( Ourika ) Le Chevalier de Boufflers (Correspondance), les Correspondances et Mémoires des  contemporains.Son Eric Dupré, Scénographie et Lumières Hervé Fogeron, Marionnettes Marie-Angèle Moreno et Jocelyne Durand, Conseil Aude Pelizzoni et Jocelyne Durand, Costumes Marylène Richard

Echos

 Voici treize ans que la Compagnie La Poursuite explore les récits de femmes »  Amina - 480 – 2010 « Ourika, tragédie du racisme ordinaire… Une pièce qui incite à une réflexion salutaire » Le Progrès de Lyon  Progrèscope mai 2010 « Un spectacle sur l’esclavage qui mêle danse, marionnettes et théâtre » Le Progrès de Lyon 11 août 2010 « Un rôle tenu avec brio par Raymonde Palcy »  France Guyane 18 juin 2010 « Le double langage des sociétés qui se disent éclairées »  Lyon Citoyen avril 2010« Ce n’est pas un conte de fée: deux cents personnes parquées en attendant de franchir la porte du non retour… » La  République du Centre 30 avril 2010 « Un beau succès pour Ourika au Puits Manu »  La République du Centre 4 mai 2010 « Du vrai théâtre au sens noble du terme, au service d'un sujet dont les résonances actuelles interpellent »Gilda Hobert Tout le Monde dehors  août 2010

 Synopsis

«Ourika de Gorée au pays des Lumières »...C’est l’histoire vraie d’Ourika, esclave sénégalaise de deux ans. Et du Chevalier de Boufflers, gouverneur de l’Etablissement français du Sénégal. C’est en 1787. Le Chevalier « offre » la petite africaine à sa tante, la Princesse de Beauvau (à d’autres amis il fait cadeau de singes et de perruches). La princesse élève Ourika comme une aristocrate. L’enfant, pas tout à fait française, et plus du tout sénégalaise, devient bientôt la coqueluche des salons huppés. Un conte de fée ? Pas tout à fait : l’Africaine belle comme la nuit tombe amoureuse du jeune prince, et rien ne va plus … Quant au Chevalier de Boufflers, cet encyclopédiste épris de liberté se charge d’organiser pour la Couronne de France… le trafic d’esclaves !Deux comédiennes, deux danseurs et trois marionnettes à taille humaine interrogent cette histoire : que nous dit-elle de nous aujourd’hui ? et du double langage cher aux sociétés qui se disent héritières des Lumières ?

 Salle Garcin, lyon ; Théâtre de Beaugency ;  Maison du Peuple de Pierre-Bénite ;  Cayenne, Festival Marronages ;Lyon, festival Tout le Monde dehors ;  Festival L'Estival de la Bâtie, La Bâtie d'Urfé...

 

Dossier  http://poursuitebourgon.canalblog.com 



 

 

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

....................................

......................

..................

................

..................

................

................

................

...............

..................

.................

..................

.................

.....................

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

..

..

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.*.